VOTE | 101 fans

#101 : La paix universelle?

Le roi Henry VIII, le jeune et ambitieux monarche d'Angleterre, se prépare à la guerre contre la France, mais il est dissuadé par la manipulation diplomatique de son très influant seigneur chancelier le cardinal Wolsey, qui propose au roi de devenir le commenditaire d'un "Traité de paix universelle". L'harmonie des affaires domestiques du roi est menacée, quand il découvre qu'Elizabeth Blount, la jeune et belle dame de compagnie de sa reine, Katherine d'Aragon, est enceinte de son enfant.

Popularité


3.67 - 3 votes

Titre VO
In Cold Blood

Titre VF
La paix universelle?

Première diffusion
01.04.2007

Vidéos

Le tournoi de joute VO

Le tournoi de joute VO

  

Tudors: Saison 1 trailer VO

Tudors: Saison 1 trailer VO

  

Plus de détails

Titre VO: In Cold Blood -  Titre VF: La paix universelles? 
Diffudion US: 1er Avril 2007
Diffusion FR: 24 Mars 2008

Réalisé par: Charles McDougall and Steve Shill

Ecrit par: Michael Hirst
Acteurs secondaires : Barry McGovern (Bonnivet), Anna Brewster (Anna Buckingham), Catherine Byrne (Alice More), Jonathan Ryan (Ambassadeur français), Ruta Gedmintas (Elizabeth Blount), Jonathan White (Hopkins)

Le palais ducal à Urbino, Italie. Un homme marche précipitamment dans le couloir du palais, lorsqu'il est attaqué par des soldats et se fait poignardé sauvagement. 

A Londres, lors de sa réunion avec le conseil, le roi Henry VIII semble très affecté par l'assassinat de son oncle. Avec l'accord des Lords de la Cour, il déclare ouvertement la guerre à la France. Il retourne ensuite aux bras de sa belle maîtresse, Lady Elizabeth Blount

Le Cardinal Wolsey, Haut Chancelier, convoque dans son palais, l'ambassadeur français pour avoir une explication sur le meurtre de l'ambassadeur anglais en Italie. Il lui fait comprendre que le roi se prépare à envahir la France et que rien ni personne ne peut l'en empêcher. 

Henry déjeune en compagnie de sa femme, Katherine. Leur conversation tourne mal à cause des idées de la reine concernant la politique étrangère du roi. Elle l'accuse aussi de négligence envers elle et lui demande pourquoi ne vient-il plus lui rendre visite dans ses appartements comme auparavant. La nuit tombée, Henry décide d'aller voir Katherine, mais elle n'est pas dans sa chambre. Elle est encore à la chapelle. Il décide alors de partir et fait venir dans sa chambre, l'une des servantes de la reine. 

Pendant que le roi s'amuse au tournoi de joute en affrontant le duc de Buckingham, Wolsey essaye de négocier un traité de paix avec les Français. 

Le roi rend visite à Sir Thomas More, son ami et conseillé personnel pour avoir son vis sur sa future guerre. Ce dernier reste cependant perplexe et conseille au roi d'oublier ses rancoeurs et de s'occuper un peu plus de ses sujets. 

Lady Blount se présente au bureau du cardinal Wolsey et l'informe qu'elle attend un enfant…du roi. Le cardinal l'ordonne de garder le secret en attendant qu'il en informe sa majesté et que ce dernier décide de reconnaître l'enfant ou non. 

Henry se réunit avec Wolsey et More pour discuter de l'avancement des préparatifs concernant la guerre. Cependant, le cardinal suggère au roi une solution pacifique pour éviter la guerre et gagner la gloire tant espérée par sa majesté. Il s'agit d'un traité de paix universelle entre les différents royaumes d'Europe et qui commencera par un accord de paix entre Henry VIII et François Ier le roi de France. Septique au début, Henry trouve cette solution très plaisante. A ce moment là, Buckingham se présente et demande à sa majesté de bannir Charles Brandon de la Cour pour l'avoir humilier en couchant avec sa fille, mais le roi refuse fermement sa demande et l'ordonne de partir. Tout cela devant More et Wolsey qui ne tardent pas à mettre Henry en garde contre Buckingham qui nourrit une profonde haine envers lui. 

Wolsey complote en secret avec le cardinal français pour devenir pape, surtout que le pape actuel est mourant, en échange du traité de paix entre la France et l'Angleterre. Pendant ce temps, le roi Henry envoie une lettre à roi François dans laquelle il exprime toute son affection et sa loyauté envers lui et lui demande de se rencontrer pour finaliser leur projet de paix universelle.  

La reine Katherine confie à Lady Blount sa solitude depuis que Wolsey a renvoyé tous ses domestiques espagnols et qu'il les a remplacés par des anglais. Elle lui avoue aussi toute se tristesse et son malheur d'être incapable de donner un fil au roi son mari.Ce dernier, se questionne aussi auprès de son confesseur, sur la légitimité de son mariage et si cela est la raison pour laquelle il ne avoir un héritier. 

Sous les ordre du roi, Thomas Boleyn, l'ambassadeur anglais en France retourne à Paris pour entamer les négociations diplomatiques pour le sommet. Il se réjouit de pouvoir enfin présenter ses filles Mary et Anne au roi Henry

Katherine est mécontente par l'idée d'Henry de présenter leur fille Mary au dauphin de France, lors du sommet, sans l'avoir consulté. Elle le supplie à genoux  d'abandonner cette idée de mariage français, mais cela le laisse de marbre. 

Henry invite Wolsey à déjeuner, mais le cardinal à une petite altercation avec le duc de Buckingham. Le roi demande au duc de présenter ses excuses, mais cela rend Buckingham fou de rage. Il quitte le palais avec une seule intention : préparer sa vengeance en assassinant le roi Henry.

Au palais, Wolsey informe le roi sur les préparatifs pour le sommet, et lui annonce aussi la grossesse de Lady Blount

 

Ecrit par Mysteria

Palais Ducal en Italie, un homme arrive en calèche. Deux hommes le reçoivent.

Signore bedoli : M. l’ambassadeur.

Ambassadeur : Voilà qui est fort humiliant, Signore Bedoli.  Qu’y-a-t-il de si important pour me tirer du mit avant 7h du matin ?

Signore Bedoli : Le Duc souhaite votre présence à une réunion.

Homme : Monsieur.

Homme 2 : C’est de cela que Sa Majesté veut vous parler.

L’ambassadeur déambule dans un couloir du Palais quand il est attaqué et poignardé.

 

Whitehall Palace à Londres, un cavalier arrive.

Homme : M. Pace.

Homme 2 : M. More. Sa Majesté souhaite que le conseil soit bref. Il ne veut pas trop de discours.

M. More : Où est le roi ?

M. Pace : Il s’est retiré et ne souhaite pas être dérangé.

M. More : Comment va-t-il ?

M. Pace : A quel sujet ?

M. More : Au sujet de la présence des français en Italie. A votre avis ?

M. Pace : Sa Majesté préconise la patience.

M. More : Vous êtes son secrétaire, vous le voyez tous les jours.

M. Pace : Sachez qu’il est malade de chagrin, pratiquement inconsolable. N’oubliez pas que c’est son oncle qui a été assassiné.

Le roi arrive au conseil.

Lord : Le roi !

Il va s’asseoir.

Roi Henry VIII: Messires. Nous devons régler un problème important. Le roi de France à démontré l’agressivité de sa politique. Il a déjà envahi 5 ou 6 villes d’Italie. C’est une menace face aux nations chrétiennes. Il a dupé le pape qui l’a déclaré défenseur de la foi. De plus, afin de prouver que personne ne peut l’atteindre, il a convoqué notre ambassadeur à Urbino, qui était aussi mon oncle, et l’a fait assassiner de sang-froid. Messires, d’après moi, cela nous donne de bonnes raisons de déclarer la guerre.

Buckingham : Votre majesté n’a pas tort. Vous avez toutes les raisons d’entrer en guerre. Je vous avais prévenu il y a un an, mais il a fallu un drame pour que Votre Majesté m’écoute.

Roi Henry VIII : Norfolk.

Duc Norfolk : Je suis d’accord avec Lord Buckingham. Le roi d’Angleterre a un droit historique au trône français que les Valois ont usurpé. Nous devrions les mettre dehors. Nous devons attaquer avec toute notre puissance.

Roi Henry VIII : Qu’en dites-vous, Wolsey ?

Cardinal Wolsey : Je suis d’accord avec Votre Majesté. Ce sont en effet de bonnes raisons.

Roi Henry VIII, en se levant : Parfait. Alors, c’est décidé. Nous sommes en guerre avec la France.

Tous : Oui.

Roi Henry VIII : Son Eminence prendra les dispositions nécessaires. A présent… je vais me divertir.

Le roi sort et tout le monde le salue et applaudit.

M. More : Pensez-vous que nous devons entrer en guerre ?

Cardinal Wolsey : Nous devons faire ce que le roi exige.

M. More : Et si le roi ignorait ce qui était le mieux ?

Cardinal Wolsey : Alors nous l’aiderions à prendre une décision.

 

Le roi Henry VIII est dans sa chambre avec une femme… 3 hommes sont à la porte…

Roi Henry VIII : Comment va votre époux ?

Lady Elizabeth Blount : Mon époux est terriblement jaloux. Il menace de faire éclater un scandale. Il m’a dit qu’il m’enverrait dans un couvent.

 

Hampton Court, Surrey. Le cardinal Wolsey est dans son bureau.

Homme : Son Excellence, l’ambassadeur de France et Monseigneur Bonnivet.

Cardinal Wolsey : Bienvenue, Messieurs. Que s’est-il passé à Urbino ? L’assassinat de notre ambassadeur est extrêmement regrettable, tout particulièrement à mes yeux. Votre Excellence connaît mes sentiments pour votre pays. J’ai toujours soutenu les intérêts de la France. Comment expliquez-vous l’assassinat de l’oncle du roi ?

Ambassadeur de France : Cela n’a pas été ordonné par mon Maître. Et les coupables de ce crime ont été punis.

Cardinal Wolsey : Comprenez bien que nous avons dépassé ce stade. Le roi Henry est jeune, il a un désir de guerre. Après ce qui s’est passé, il ne sera pas aisé de le faire changer d’avis.

Ambassadeur de France : Très bien, dans ce cas, déclarons la guerre.

Cardinal Wolsey : Sauf votre respect, vous ne pouvez penser cela.

Monseigneur Bonnivet : Je crois que nous devrions tout faire pour éviter la guerre entre nos deux pays. Ce ne serait pas bon pour l’Angleterre de se mêler de nos escarmouches. Elle est bien au-dessus de tout cela. Je suis certain que Votre Eminence saurait apaiser le jeune lion.

 

Le roi Henry VIII joue au tennis.

Roi : Bien frappé. On continue.

Voix : 15-0. 30-0.

Charles : Balle de jeu, Anthony.

Anthony : Sa Majesté sait qu’on la laisse gagner. Personnellement, j’ai joué de mon mieux.

Charles : Voilà une dame que j’aimerais connaître. Celle à la robe bleue. Vous avez vu ce visage virginal ?

Roi Henry VIII : Qui est-elle ?

Charles : C’est la fille de Buckingham.

Roi Henry VIII : 100 couronnes que vous échouez.

Charles : Pari tenu.

 

Henry VIII déjeune avec sa femme.

Roi Henry VIII : Comment va notre fille ?

Katherine d’Aragon : Elle va bien. Ses professeurs disent qu’elle a de grands talents. En particulier en musique. Vous devriez être fier.

Roi Henry VIII : Je le suis, vous  le savez bien, Katherine. Marie est la prunelle de mes yeux.

Katherine : Vous n’avez pas répondu aux lettres de mon neveu.

Roi Henry VIII : C’est peut-être le roi d’Espagne, mais j’ai mieux à faire.

Katherine : Il vous a conseillé de signer un traité avec l’empereur pour reconnaître la France comme un ennemi commun. Il vous conseille également de ne pas écouter tout ce que Wolsey vous dit parce qu’il est très influencé par les français.

Roi Henry VIII : Depuis quand êtes-vous diplomate ?

Katherine : Je suis la fille de mon père.

Roi Henry VIII : Vous êtes ma femme. Vous n’êtes ni mon ministre, ni mon chancelier, mais ma femme.

Katherine : J’souhaiterais être votre femme à bien des égards. Henry, vous ne visitez plus ma couche comme auparavant.

Roi Henry VIII : Mangez donc.

 

Le roi est de nouveau dans sa chambre.

Roi Henry VIII : Ma robe de chambre.

Il sort de sa chambre et se dirige vers une autre chambre.

Servante : Votre Majesté.

Roi Henry VIII : Où est la reine Katherine ?

Servante : Sa Majesté est toujours à la prière, Votre Majesté.

Roi Henry VIII : Dites à Sa Majesté que je suis venu lui apporter l’amour et l’attention d’un vrai époux.

Servante : Oui, Votre Majesté.

Il sort de la chambre pendant que la Reine Katherine prie. La servante entre dans la chambre du roi.

Roi Henry VIII : Jane.

Jane : Votre Majesté.

Roi Henry VIII : Vous êtes consentante ?

Jane : Oui, Votre Majesté.

 

Le roi et sa femme assiste à un tournoi de joute.

Voix : 3 points au Comte de Portland. M. Charles Brandon est entré dans la compétition.

Charles : Vos Majestés. Chère Mademoiselle Buckingham, me feriez-vous l’honneur de me laisser porter vos faveurs ?

Elle noue un ruban autour de la lance de Charles, puis retourne s’asseoir.

Voix : Lord Hallam le défie à plaisance. 2 points pour M. Charles Brandon. Son Excellence le Duc de Buckingham va jouter à plaisance contre le Comte de Newcastle. Encore 3 points pour Son Excellence.

 

Au bureau du Cardinal Wolsey…

Ambassadeur de France : Votre Eminence a-t-elle un plan ? Une idée pour éviter cette guerre.

Cardinal Wolsey : Voici les grandes lignes du nouveau traité de paix réunissant les Anglais et les Français.

Ambassadeur : Puis-je ?

Cardinal Wolsey : Non. Vous allez l’emmener et le lire avec beaucoup d’attention. Je crois que c’est une nouveauté dans le monde diplomatique. Si votre roi l’accepte, il pourra signer sans arrière-pensée. Il pourra même se réjouir, tout comme mon Maître. Nous pourrons tous nous réjouir.

Ambassadeur : Et dans ce cas, que désire Votre Eminence en retour ?

Cardinal Wolsey : Rien du tout.

Ambassadeur : Rien du tout ?

Cardinal Wolsey : Rien qui ne vienne de nous. Ce que je souhaite, Votre Excellence, seul vous pouvez me l’accorder.

 

Au tournoi de joute…

Voix : Le Duc de Buckingham est à nouveau en compétition.

: Il a déjà gagné 10 combats, qu’essaie-t-il de prouver ?

William Compton : Je vais combattre.

Charles : Laissez-moi faire. J’ai très envie de nuire à sa réputation.

Voix : Messires, le roi entre en compétition. Sa Majesté exige que ce défi se déroule à la guerre.

William : Et c’est reparti.

Charles : Qu’on le veuille ou non, Buckingham n’est pas le roi.

William : Toute la cour n’est pas aussi loyale que vous.

Roi Henry VIII : Ma très chère.

Voix : Sa Majesté remporte la victoire.

 

Le roi rend visite à M. More.

Henry VIII : Thomas.

Thomas More : Votre Majesté. Voici ma famille. Voici ma femme, Alice. Alice, embrassez donc le roi.

Henry VIII : Ma chère Alice.

Alice : Votre Majesté.

Henry VIII : Marchons le long de la rivière, j’ai envie de me promener. Pourquoi ne pas vivre à la cour ?

Thomas : Vous le savez pertinemment. Ca ne me convient pas. Mes pratiques légales et ma vie sont ici. La cour appartient aux hommes ambitieux.

Henry VIII : Vous ne vous êtes pas exprimé au conseil.

Thomas : A quel sujet ?

Henry VIII : La guerre contre la France.

Thomas : En tant qu’humaniste, j’ai horreur de la guerre. C’est une activité réservée aux animaux, mais aucun d’eux ne la pratique aussi fréquemment que l’homme.

Henry VIII : En tant qu’humaniste, je l’admets. En tant que roi, je désapprouve.

Thomas : On dirait un avocat.

Henry VIII : Vous m’avez tout appris.

Thomas : Pas suffisamment.

Henry VIII : Vous avez terminé ?

Thomas : Oui. Henry, Henry. Je dois vous dire qu’au lieu de dépenser tant d’argent dans une guerre, vous devriez le dépenser pour le bien de vos sujets.

Henry VIII : Thomas, je vous jure que je souhaite gouverner justement. Mais dites-moi pourquoi se souvient-on d’Henry V ? Parce qu’il a financé les Universités, aidé les démunis ? Non, on se souvient de lui parce qu’il a remporté la bataille d’Azincourt. 3 000 Anglais contre 60 000 Français. La fleur de la chevalerie française a été anéantie en 4h. Cette victoire l’a rendu célèbre. Ca l’a même rendu immortel.

 

A la cour…

Duc de Buckingham : Il n’a pas doit à tout cela. Son père s’est emparé de la couronne à la guerre. Tout ça grâce à un bâtard du côté de sa mère.

Duc de Norfolk : La famille de Votre excellence est plus ancienne.

Duc de Buckingham : Je suis le descendant d’Edward II. Ceci est ma couronne, ma cour. Cela ne lui revient pas.

Duc de Norfolk : Vous parlez de trahison.

Duc de Buckingham : Non, de vérité. Et un jour, nous rétablirons la vérité. (Le Duc de Buckingham marche dans les couloirs de la cour. Il entre dans une chambre où il entend gémir) Qu’est-ce que c’est ? Brandon.

Charles : C’est bien ce que vous croyez.

Duc de Buckingham : Vous aviez violé ma fille.

Charles : Non, elle m’a supplié.

Duc de Buckingham : Vous avez volé son honneur.

Charles : Je vous jure qu’on était passé avant moi.

Duc de Buckingham : Espèce de sale porc.

Charles : Oui, c’est vrai, Votre Excellence.

Duc de Buckingham : Je devrais vous tuer. Sortez d’ici.

Charles sort de la chambre, laissant le Duc avec sa fille. Il l’a gifle.

 

Bureau du cardinal Wolsey…

Homme : Votre Eminence, Lady Blount est ici.

Cardinal Wolsey : Faites-la entrer.

Lady Blount : Votre Eminence.

Cardinal Wolsey : Que puis-je pour vous, Lady Blount ?

Lady Blount : J’attends un enfant, Votre Eminence.

Cardinal Wolsey : Oui ?

Lady Blount : C’est l’enfant de Sa Majesté.

Cardinal Wolsey : Vous en êtes sûre ?

Lady Blount : Oui.

Cardinal Wolsey : En avez-vous parlé au roi ?

Lady Blount : Non.

Cardinal Wolsey : Bien. J’en informerai moi-même Sa Majesté en temps voulu. Vous n’en parlerez à personne sous peine de mort, c’est bien compris ? Lorsque vous ne pourrez plus cacher votre état, vous serez transférée dans un lieu secret pour votre accouchement. Vous pourrez alors donner naissance à ce bâtard.

Lady Blount : Merci, Votre Eminence.

Elle part et le cardinal continue d’écrire.

 

Le cardinal arrive à la cour assis sur un âne.

Voix : Pouvez-vous bénir mon enfant malade ?

Homme : Messires et maîtres, faites place à Son Excellence. Reculez. Eloignez-vous.

M. Pace : Votre Eminence.

Cardinal Wolsey : M. Pace. Vous gardez un œil sur mes intérêts ?

M. Pace : Bien sûr, je suis tel l’aigle.

Cardinal : Un aigle, M. Pace ? Vous volez trop haut, soyez un pigeon et déféquez partout.

M. Pace : Bien.

Cardinal : Où est le roi ?

M. Pace : Il est parti chasser.

Cardinal : Tant mieux, il sera de bonne humeur. Informez-moi de son retour.

M. Pace : Bien, Votre Eminence. (Le cardinal s’éloigne) Qui êtes-vous ? Et que voulez-vous ?

Homme : Monsieur, j’ai là des lettres de recommandations.

M. Pace : Elles proviennent du doyen de Canterbury.

Homme : Oui, monsieur.

M. Pace : Vous auriez dû vous présenter.

Pendant que le roi fait du cheval, M. Pace apporte la lettre au chef d’orchestre de la choral.

Chef d’orchestre : Thomas Tallis ?

Thomas Tallis : Oui, monsieur.

Chef d’orchestre : il est écrit que vous savez jouer de l’orgue et de la flûte, et que vous savez chanter plus que convenablement. Autre chose à ajouter ?

Thomas Tallis : Oui, monsieur, je compose quelque peu.

Chef d’orchestre : Ah vraiment ? Eh bien, si le doyen recommande vos talents, nous allons devoir vous mettre à l’épreuve.

 

Le roi rentre de la chasse. Le Cardinal Wolsey et Thomas More l’attendent.

Roi Henry VIII : Thomas.

Cardinal Wolsey : Votre Majesté s’est détendue à la chasse ?

Roi Henry VIII : Comment se passent les préparatifs ?

Cardinal Wolsey : Bien. Votre armée et votre flotte se mettent en place, les provisions sont rassemblées. Vous pourriez partir en guerre dans quelques semaines.

Roi Henry VIII : Parfait, je savais que je pouvais compter sur vous.

Cardinal : Je vous remercie, Votre Majesté.

Henry VIII : Qu’y-a-t-il ?

Cardinal : Votre Majesté, les guerres coûtent très cher. Il va falloir augmenter les impôts, ce n’est pas une mesure toujours très populaire. Votre Majesté ne pourrait-elle gagner le prestige par d’autres moyens ?

Henry VIII : D’autres moyens ?

Cardinal : Des moyens pacifiques.

Henry VIII : Comment cela ? En renonçant aux combats ? A la gloire ?

Thomas More : Je crois que Votre Majesté devrait écouter ses conseils.

Cardinal : Ces dernières semaines, j’ai dirigé en votre nom, un grand nombre de discussions diplomatiques. Pas uniquement avec la France, mais aussi avec des représentants de l’Empereur, des émissaires du Danemark, du Portugal, d’Italie…

Henry VIII : Pour quelle raison ?

Cardinal : Conclure un traité.

Henry VIII : Quel genre de traité ?

Cardinal : Un traité de paix universelle et perpétuelle.

Henry VIII : Comment voulez-vous procéder ?

Cardinal : En plusieurs étapes. Il y aurait une réunion au sommet entre le roi de France et d’Angleterre. La fille de Votre Majesté serait promise au dauphin de France. A la fin du sommet, vous signeriez le traité.

Thomas More : Le traité est chose nouvelle dans l’histoire de l’Europe. Il engage tous les signataires au principe de sécurité collective et de maintien de la paix.

Henry VIII : Comment l’appliquer ?

Cardinal : Si l’un des pays signataires se faisait attaquer, tous les autres exigeraient le retrait de l’agresseur. S’il refusait, au bout d’un mois ces pays entreraient en guerre jusqu’à ce que la paix revienne.

Thomas More : Ce traité prévoit en outre la création d’institutions paneuropéennes.

Henry VIII : Ca me plaît, d’une certaine façon. Je dois bien le reconnaître. Et vous aussi, Thomas.

Thomas More : Tout à fait.

Henry VIII : C’est l’application des principes humanistes aux affaires étrangères. Je dois féliciter Votre Eminence.

Cardinal : Je ne cherche pas les louanges. Vous seriez connu comme le précurseur d’un monde moderne. Ceci serait suffisamment gratifiant.

Henry VIII : Soyez toujours assuré de notre affection. Bonne nuit, messieurs. Qu’y-a-t-il ?

Valet : Votre Majesté, le Duc de Buckingham insiste pour vous voir.

Henry VIII : Votre Excellence.

Duc de Buckingham : Votre majesté doit savoir que j’ai surpris Charles Brandon en flagrant délit avec ma fille. M. Brandon a couvert ma famille de honte. Je vous demande de le bannir de la cour et d’appliquer le châtiment qu’il vous plaira.

Henry VIII : Il n’y aura aucun châtiment. A moins que votre fille l’accuse de viol. Est-ce ce qu’elle dit ? Votre fille prétend-elle avoir été violée ?

Duc de Buckingham : C’est inutile, il voulait s’en prendre à moi.

Henry VIII : Je pense qu’il n’y a rien de préjudiciable, et qu’aucun châtiment n’est nécessaire.

Duc de Buckingham : Votre Majesté.

Henry VIII : Votre Excellence.

Le duc de Buckingham prend congé.

Thomas More : Méfiez-vous de Buckingham, Henry. Il est peut-être idiot, mais il est plus riche que vous. Il a une armée privée. Même cotre père ne s’est pas opposé à lui.

 

Dans les couloirs de la cour…

Cardinal Wolsey : Je suis heureux que le roi de France ait accepté de signer le traité et de tenir le sommet.

Autre Cardinal : Sa Majesté est ravie d’éviter la guerre. Nous le sommes tous.

Cardinal Wolsey : Et à propos de notre autre affaire.

Autre cardinal : Quelle autre affaire, Votre Eminence ?

Le cardinal Wolsey agrippe l’autre cardinal et le plaque au mur.

Cardinal Wolsey : J’ai sauvé les fesses de votre maître, j’attends ma récompense. Et vous pouvez vous arranger. Est-ce compris ?

 

Dans une chambre…

Charles : Ma pauvre petite. Où en étions-nous avant d’être brusquement interrompus ?

Fille de Buckingham : Charles. Nous ne devrions pas. Mon père vous tuera.

Charles : Alors, je mourrai heureux.

 

Chez M. More…

Thomas More : Avez-vous terminé votre lecture ?

Enfants : Oui, père.

Thomas More : Très bien. Que Dieu et ses anges veillent sur vous cette nuit et pour l’éternité. Bonne nuit. Bonne nuit, mes enfants.

Femme de Thomas : Ne touche pas.

Thomas More prie dans sa chambre.

 

Le roi Henry VIII se fait raser.

Valet : La lettre au roi François, Votre majesté ?

Henry VIII : Mon cher cousin royal… Non. Notez mon très cher cousin. Nous vous envoyons notre amour. Nous vous aimons tant qu’il serait impossible d’aimer plus. Prenez les dispositions nécessaires pour que nous nous rencontrions. Rien n’est plus cher à mon cœur que ce traité de paix universel, à présent. En gage de ma bonne volonté, de mon engagement face à ce traité et de mon amour pour Votre Majesté, j’ai décidé… J’ai décidé…

Valet : Oui, Votre Majesté ?

Henry VIII : J’ai décidé de ne plus me raser jusqu’à notre rencontre. Ma barbe sera le gage de cette amitié universelle, et de l’amour que nous partageons.

 

Bureau du Cardinal Wolsey…

Autre cardinal : Votre Eminence.

Cardinal Wolsey : Votre Excellence.

Autre cardinal : J’ai des nouvelles pour Votre Eminence. Sa sainteté, le pape Alexandre est très malade. Il sera sûrement très vite rappelé à Dieu. Etant donné la grande piété de Votre Eminence, ainsi que vos connaissances et compétences diplomatiques, j’assure à votre Eminence, le soutien des cardinaux français au conclave afin d’élire un successeur. Grâce au vote de vos cardinaux et s’il plaît à Dieu, vous serez le prochain pape, évêque de Rome. Notre nouveau Saint-Père.

Cardinal Wolsey : Merci, Votre Excellence. Je vous en suis extrêmement reconnaissant.

 

La reine Katherine se fait aider pour se déshabiller.

Katherine : Etes-vous souffrante, Lady Blount ?

Lady Blount : Non, Votre Majesté.

Katherine : Restez un instant. Merci. Bonne nuit. Je n’ai pas parlé à quiconque depuis longtemps. Le cardinal Wolsey a renvoyé mes confesseurs espagnols et mes dames de compagnie de peur qu’elles espionnent la cour. Je ne fais pas confiance aux confesseurs anglais. Mais je peux me fier à vous, n’est-ce pas, Lady Blount ?

Lady Blount : Oui, madame.

Katherine : Pourquoi suis-je triste ? C’est parce que je… Je n’arrive pas à donner un fils au roi. J’ai déjà donné naissance à un petit garçon. Un très beau garçon. Mais il est mort dans mes bras après 4 semaines seulement. Le roi m’en veut, je le sais, il croit que c’est de ma faute. Il ignore à quel point je souffre, combien je prie.

 

Le roi se confesse.

Henry VIII : J’ai repensé à mon frère dernièrement. Arthur. A sa mort, il a été décidé que j’épouse Katherine. J’imagine que mon père ne voulait pas perdre sa dot ou le prestige d’un mariage espagnol. Quoi qu’il en soit, Katherine a juré que le mariage n’avait pas été consommé. C’est pour cela que le pape a donné sa bénédiction. C’est pour cela que je l’ai épousée. Depuis ce moment-là, nous avons 5 enfants mort-nés. Un garçon, qui a vécu 26 jours seulement. Et une seule fille a survécu. Et si le mariage avec mon frère avait été consommé ?

Prêtre : Elle a juré devant Dieu que ce n’était pas le cas.

Henry VIII : Que disent les évangiles ?

Prêtre : Si un homme épouse la femme de son frère.

Henry VIII : Dites-le-moi.

Prêtre : Dans le lévitique, il est écrit : « Si un homme prend la femme de son frère, ils seront sans enfant. » Mais vous avez eu un enfant.

Henry VIII : Mais pas un fils. Je n’ai pas de fils.

 

Chambre de Buckingham…

Valet : Sir Thomas Boleyn, Votre Excellence.

Duc de Buckingham : J’espère que vous n’avez pas trouvé l’invitation présomptueuse. Vous avez été rappelé de France.

Thomas Boleyn : Je suis ici pour peu de temps.

Duc de Buckingham : Entrez donc. On m’a dit que vous étiez un bon ambassadeur.

Thomas Boleyn : Voilà qui est aimable de la part de ces gens.

Buckingham : Vous venez d’une ancienne famille.

Thomas Boleyn : Pas aussi ancienne et noble que la vôtre.

Buckingham : Le roi a choisi de s’entourer de roturiers. Des hommes sans nobles origines. Vous croyez que cela relève le prestige de la couronne ?

Thomas Boleyn : Votre Excellence…

Buckingham : Son père a hérité de la couronne par la force.

Thomas Boleyn : Votre Excellence, personne ne souhaite retourner au temps de la guerre civile. Ce qui est fait est fait. Le roi est notre roi.

Buckingham : Le roi est notre roi. Et Wolsey ? Un homme du clergé avec une maîtresse et deux enfants ? Que pensez-vous de cet homme ?

Thomas Boleyn : Je ne l’apprécie guère.

Buckingham ouvre la porte.

Buckingham : Nous nous reverrons.

Thomas Boleyn part et Buckingham referme la porte.

 

Thomas Boleyn joue aux échecs avec le roi Henry VIII.

Henry VIII : Parlez-moi du roi François, Sir Thomas.

Thomas Boleyn : Il a 23 ans.

Henry VIII : Est-il grand ?

Thomas Boleyn : En effet. Mais pas très bien proportionné.

Henry VIII : Qu’en est-il de ses jambes ? Ses mollets sont-ils aussi fermes que les miens ?

Thomas Boleyn : Votre Majesté, personne n’a de mollets tels que les vôtres.

Henry VIII : Est-il bel homme ?

Thomas Boleyn : Certains le pensent. C’est du moins ce qu’il pense.

Henry VIII : Est-il vaniteux ?

Thomas Boleyn : Votre Majesté, il est Français.

Henry VIII : Parlez-moi de sa cour.

Thomas Boleyn : Elle est réputée pour ses mœurs légères et la débauche, et le roi ne fait rien pour dissiper les rumeurs.

Henry VIII : Vous avez deux filles, Sir Thomas. Comment les protégez-vous ?

Thomas Boleyn : Je garde un œil sur elles. Et je me fie à leurs qualités et à leur moralité.

Henry VIII : Vous allez retourner à Paris immédiatement. Je vous confie les négociations diplomatiques en vue du sommet. Echec et mat.

 

Le roi vient voir sa fille.

Hommes : Votre Majesté. Votre Majesté.

Henry VIII : Marie !

Marie : Papa.

Henry VIII : Comme tu es belle. Tu es la plus belle au monde.

Marie : Je ne sais pas.

Henry VIII : Mais si, voyons. Comment vas-tu ?

Marie : Bien.

Henry VIII : Bien ? Papa est très occupé. Sois sage et fais tout ce qu’on te dit.

Le roi s’éloigne.

Katherine : Puis-je vous parler ?

Henry VIII : Continuez sans moi. Ma très chère.

Ils entrent dans la chambre de Katherine.

Servantes : Votre Majesté.

Katherine : Cela ne me plaît pas.

Henry VIII : De quoi parlez-vous ?

Katherine : De votre barbe. Ni ce qu’elle représente.

Henry VIII : Katherine.

Katherine : Vous offrez ma fille au dauphin de France sans même me consulter. Les Valois sont les ennemis jurés de ma famille.

Henry VIII : C’est moi qui décide ce qui est bien pour elle. C’est un bon mariage.

Katherine : Je suis certaine que c’est l’idée de Wolsey. Même si j’aime profondément Votre Majesté et que je vous suis loyale à bien des égards, je ne puis cacher mon désarroi et mon chagrin.

Henry VIII : Eh bien, il va le falloir.

Il sort de la chambre, laissant Katherine à genoux.

 

Paris, France.

Homme : Bonjour, monsieur l’ambassadeur. Y a des messages pour vous. Et demain vous avez une audience avec le roi.

Thomas Boleyn : Où sont mes filles ? J’ai de bonnes nouvelles. Il va y avoir un sommet entre François I et Henry VIII près de Calais, je vais m’en occuper. Vous aurez la chance de rencontrer le roi d’Angleterre. Marie et Anne Boleyn. Buvons à votre avenir.

 

Le roi s’habille dans sa chambre.

Valet : Son Eminence le cardinal Wolsey.

Henry VIII : J’ai besoin de votre avis. Ce vêtement vous plaît-il ?

Cardinal Wolsey : Je trouve qu’il vous sied à merveille. Si je puis me permettre, je vous conseillerais de porter ceci avec.

Henry VIII : Vous pensez que François I est aussi raffiné ?

Cardinal Wolsey : Seulement s’il vous les vole.

Henry VIII : Venez avec moi. Déjeunons ensemble, nous pourrons discuter.

Le roi trempe ses mains dans l’eau, puis Buckingham s’apprête à partir.

Cardinal Wolsey : Attendez.  

Il revient faire face au cardinal Wolsey. Le cardinal va pour se tremper les mains mais Buckingham lui renverse volontairement l’eau sur les pieds.

Henry VIII : Son excellence va s’excuser. Je vous demande de présenter vos excuses.

Buckingham : Je suis navré d’avoir offensé Votre Majesté.

Henry VIII : Son excellence peut disposer. Allez chercher une paire de chaussures pour le chancelier.

 

 

Buckingham : Hopkins ! Hopkins !

Thomas Howard : Votre excellence.

Buckingham : Il est temps.

 

Le roi mange avec le cardinal Wolsey.

Henry VIII : Parlez-moi.

Cardinal Wolsey : Eh bien tout est prêt pour le sommet. Cela aura lieu au Pas-de-Calais sur le territoire anglais, dans une vallée connue sous le nom de Val d’Or. Un millier d’ouvriers ont construit un palais pour Votre Majesté. On l’appelle le palais de cristal. On dit que c’est la 8ème merveille du monde.

 

Buckingham : Achetez de la toile d’or et d’argent pour soudoyer les gardes.

Valet : Bien, Votre Excellence.

Buckingham : Ensuite, vous ferez ce que nous avons décidé. Faites courir le bruit que nous cherchons à nous défendre.

Valet : Entendu.

 

Cardinal Wolsey : Lady Blount attend un enfant.

Henry VIII : Lady Blount.

Cardinal Wolsey : Si vous voulez garder l’enfant, je la ferai transférer dans une maison à Jéricho. Je me chargerai aussi de son époux.

 

Buckingham : Mon père m’a raconté qu’il avait prévu d’assassiner Richard III. Il devait se présenter devant lui avec un couteau dissimulé. Votre Majesté.

Le valet présente sa main au Duc de Buckingham quand celui-ci le poignarde.

 

Henry VIII : Je suis impatient d’aller à ce sommet. Cela changera le monde à jamais.

Cardinal Wolsey : C’est mon plus grand espoir et j’y crois fermement.

Henry VIII : Rien ne sera plus jamais comme avant, Votre Eminence. Vous et moi allons devenir immortels.

 

 

Fin

Kikavu ?

Au total, 40 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
19.06.2019 vers 18h

catgir2 
09.06.2018 vers 21h

Elainaur 
08.04.2018 vers 22h

parenthese 
04.02.2018 vers 00h

jujume80 
22.01.2018 vers 14h

byoann 
20.08.2017 vers 10h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

grims  (08.04.2018 à 19:02)

Cet épisode fait naître l'Histoire, il met les personnages, le décor et l'intrigue en place !

Scènes que j'ai aimées :

J'ai aimé la scène ou La reine Katherine confie à Lady Blount sa solitude depuis que Wolsey a renvoyé tous ses domestiques espagnols et qu'il les a remplacés par des anglais elle lui avoue toute sa tristesse et son malheur d'être incapable de donner un fil au roi. J'aime énormément Katherine et dans cette scène on voit toute sa souffrance et l'on devine que ce n'est que le début de son malheur !

Scène que j'ai détestée ou qui m'a dérangé :

La scène qui m'a dérangé est celle où Charles Brandon dit au Roi j'aimerais bien essayer cette fille en parlant de "Catherine Stafford" la fille du Duc de Buckingham de même que je n'ai pas aimé Quand son père la gifle ! elle ne le méritait pas ! en fait ce qui me dérange vraiment c'est de la façon où les femmes sont traitées dans ce premier épisode !

note 8/10 :

je mets un 8 car j'adore l'entrée en matière de la série j'aime la musique de Trevor Morris et aussi Henry jeune avec ses ambitions et ses espoirs !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Jeu du Pendu
Hier à 20:43

Photos du mois
Hier à 18:07

Suite de mots
Hier à 18:00

Sondage
Avant-hier

Les Calendriers
10.10.2019

Calendrier
21.09.2019

Retour!
12.09.2019

Nomination
30.08.2019

Actualités
Nouveau sondage: Une question?

Nouveau sondage: Une question?
Un nouveau sondage est à votre disposition. Cette fois, je vous propose de poser une question à...

Octobre 2019

Octobre 2019
Le nouveau calendrier d'Octobre est arrivé , en même temps que le nouveau mois! Ce n'est pas une...

Retour!

Retour!
Le quartier recommence une nouvelle vie; enfin j'espère. En tous cas, il y a un nouveau sondage ,...

Juillet 2019

Juillet 2019
Le calendrier de Juillet est disponible et nous devons sa création à mnoandco. Je suis un peu en...

Nouveau sondage : Visiter Londres !

Nouveau sondage : Visiter Londres !
Les vacances approchant, pourquoi ne pas partir à Londres ? Henry  et sa cour vous y guettent...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, Hier à 18:03

vous avez des questions? posez-les à Henry VIII au sondage chez The Tudors. Merci pour votre vote. Et voyez la pdm, assez drôle!

cinto, Hier à 18:04

Changez le titre de la série Ma sorcière Bien Aimée en votant au sondage. Merci à ceux qui ont déja voté et à ceux qui vont le faire!

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site